Blog

Note : ce que les personnes écrivent dans cette partie du site sera publié de façon publique

Bilan Stage Marseille 18 au 20 fev 2013

« Cerveau, Musique, Dyslexie : des ateliers pour rééduquer en apprenant un instrument »

Stage du 18 au 20 février 2013, à Resodys Marseille.

Pour visionner la vidéo, cliquer ci-dessous.

 Pour télécharger la vidéo (format mp4, taille 100Mo), cliquer ici, puis Fichier -> Télécharger


L’équipe de Résodys, ayant participé à des recherches sur ce thème en collaboration avec le CNRS et le Rectorat d’Aix-Marseille, a mis au point un protocole rééducatif original sous forme d’ateliers de 3 à 5 jours de rééducation intensive à l’aide de matériel musical.

Parallèlement, l’association Mélodys développe une méthode d’apprentissage de la musique adaptée aux enfants « dys ». La collaboration entre les deux équipes a donné naissance à un concept d’ateliers de remédiation/ enseignement destinés à des enfants dyslexiques, dyspraxiques ou dyscalculiques.

Autour de 3 intervenants principaux, une orthophoniste spécialisée, une enseignante de musique et une éducatrice est organisée la prise en charge d’une douzaine d’enfants par groupes de 4, avec comme objectif, à travers l’apprentissage du piano, de contribuer à la rééducation de leur trouble.

Dans le même temps, ces ateliers procurent à l’enfant un moyen d’accéder à l’apprentissage d’un instrument, selon une technique originale, elle aussi conçue spécialement en fonction de leurs difficultés. Au final, les enfants tirent un double avantage de ces ateliers : une amélioration de leur trouble, dont l’ampleur et la persistance sont mesurés de façon objective, et un bagage musical facteur unanimement reconnu d’épanouissement personnel physique, psychologique et social.

Equipe pluridisciplinaire :

  • Céline COMMEIRAS, orthophoniste : dans l'atelier orthophonie axée sur la musique

  • Alice DORMOY, professeur de piano, spécialisée dans l'enseignement auprès d'enfants dys : dans l'atelier piano

  • Tristan DESILES, étudiant en Licence de Psychologie : dans l'atelier percussions

  • Muriel COULON, intervenante pour l'éducation nationale : dans l'atelier danses folkloriques.

  • Soutien de toute l'équipe du SESSAD : Michel Habib, neuropsychologues, psychologues, ergothérapeutes, éducatrices...

Organisation du stage :

  • Nombre d'enfants : 12, répartis en trois groupes de 4 (par âge, et par profil)

  • Age des enfants : Entre 7 ans ½ et 15 ans.

  • Profil : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, TDAH

  • Durée du stage : 3 jours, de 9h à 17h chaque jour, prise en charge des enfants pour le repas de midi.

  • Ateliers : 3 ateliers tournants de 45 minutes (par groupes de 4 enfants) le matin (orthophonie, percussions, piano), ces 3 mêmes ateliers l'après midi mais de 30 minutes, puis un atelier collectif de 45 minutes de danses folkloriques (entre 16h et 17h).

  • Test : Les enfants ont passé quelques tests au début et à la fin du stage (un test de discrimination de perception catégorielle, un test de discrimination de perception de la durée, un test des comptines)

L'Atelier musical :

Il a été abordé lors de ces 3 jours :

  • Découverte de l'instrument : fonctionnement, mode de production du son, exploration de l'intérieur du piano, découverte sonore.

  • Mise en place du « cœur » de la musique (pulsation) par les frappés, et au piano mains séparées, alternées, ensemble (sur extrait sonore)

  • Échauffement des membres par la motricité.

  • Doigtés et motricité fine

  • Différenciation des sons aigus/graves, et mouvement sonore continu : sans notation, puis avec notation au tableau. Le 3ème jour : sons aigus/graves/médiums sur la portée 3D (lecture, écriture, invention, « dictée », suivre avec le doigt)

  • Repérage des touches du piano

  • Chant : nom des notes aller-retour. Chants

  • Reproduction auditive, apprentissage de morceaux par imitation.

  • Pré-notation en escalier : lecture, écriture, invention, « dictée », suivre avec le doigt.

  • Durée des sons : Association visuelle-auditive-tactile de la durée des sons. Invention rythmique sur les notes apprises, aller-retour. Frappés rythmiques sur extrait sonore, frappés en comptant, invention de paroles sur des frappés.

  • Développement de l'écoute participative et de l'observation des gestes de son voisin pour un jeu de groupe harmonieux.

  • Jeu de morceaux sur extrait sonore, repérer un thème musical, compter les mesures.

  • Jeu de tétracordes DO RE MI FA accompagné, avec écoute et repérage du démarrage.

L'après-midi du 3ème jour, les enfants ont réalisé une petite prestation musicale devant leurs camarades et l'équipe pluridisciplinaire. Ils ont présenté 3 projets différents :


1er groupe : Chant d'un texte inventé par les enfants sur 4 frappés réguliers (2 strophes), chant en comptant, puis intervention au piano sur le même rythme (par 2 enfants debout).


2ème groupe : Jeu à 2 voix (4 enfants au piano, 2 enfants par voix) sur extrait sonore. Compter les mesures. Onomatopées sur rythmique. Rythmique au piano sur un do.

3ème groupe : Mélodie mains alternées par 2 au piano (accompagnés) autour du Do.

Bilan :

Nous avons observé un grand intérêt de la part de la grande majorité des enfants, une très grande soif d'apprendre et de découvrir la musique. Au cours des 3 jours, les enfants ont progressé dans les domaines de la régularité de la pulsation, la différenciation des sons aigus, graves, médiums, la reproduction rythmique et mélodique, l'assurance.

Les enfants se sont appropriés la pré-notation en escalier sans difficultés, et ont laissé libre court à leur inventivité avec de plus en plus de confiance. Les deux pré-notations musicales leur ont également permis de prolonger leur temps de concentration sur une même tâche, et de travailler l'association de plusieurs tâches sans effort.

Par ailleurs, deux enfants avec un trouble visuo-spatial ont rencontré des difficultés à se repérer sur les touches du piano. Nous avons alors accentué le repérage visuel des touches noires du clavier, et l'observation de gestes communs avec leurs camarades.

Le bilan de ces 3 jours riches en échanges et en découvertes musicales pour les enfants est très positif. Les enfants étaient investis dans leur initiation musicale, et étaient en demande d'apprentissage. Les tests ont révélé certaines modifications des scores entre avant et après le stage, notamment des améliorations au niveau de la discrimination de perception catégorielle, et de perception des durées. Voir Résultats et analyse des tests ici. Des prolongements de ce travail pluridisciplinaire s'imposent sous forme d'ateliers de cinq matinées par exemple, mais également sous forme d'ateliers réguliers, afin de faire aboutir le projet d'apprentissage d'un instrument tout en rééduquant les troubles spécifiques des apprentissages sur le long terme, de mieux mesurer les résultats obtenus au niveau phonologique, et d'exploiter tous les effets bénéfiques de la musique auprès des enfants en difficulté.

Nouvelle police d'écriture

Article de doctissimo décrivant la nouvelle police d'écriture inventée par Christian BOER, néerlandais, pour faciliter la lecture aux enfants dyslexiques : très intéressant.

Cliquez ici

Vos réactions?

Les effets de la musique et de la pratique musicale

Les effets de la musique et de la pratique musicale :

     Je vous invite à lire les articles dans notre rubrique scientifique : http://melo-dys.e-monsite.com/pages/articles/
Celui intitulé "Langage, musique et plasticité cérébrale : perspectives pour la rééducation" indique que la pratique musicale active plusieurs régions cérébrales impliquées soit dans le contrôle moteur du geste soit dans les fonctions auditivo-perceptives. Tout laisse également à penser que l’apprentissage de la musique possède des effets généraux sur la plasticité cérébrale, comme le démontrent des travaux retrouvant des capacités d’apprentissage accrues chez des musiciens.

     Par ailleurs, au Colloque sur Musique et cerveau de Mars dernier à Montpellier, il a été question des effets positifs de la pratique musicale sur tous les troubles du langage en général (dyspraxie et dysphasie comprises...). J. Chobert a montré qu'une initiation musicale conduite sur quelques mois améliorait l'encodage des sons musicaux et linguistiques.
Simone Dalla Bella a montré que la musique aidait la perception, la mémoire d'attention et la motricité...
EBRASMUS est un réseau européen de recherche sur les effets de la musique, ils ont démontré que la musique, par une action complète impliquant les émotions, la cognition, et l'action, avait un grand impact sur le cerveau et sur les troubles du langage (http://leadserv.u-bourgogne.fr/ebramus/)

     Suivant au plus près les dernières découvertes sur la question, la méthode Mélodys adapte la façon d'enseigner la musique aux différents troubles dys, en tenant compte du bilan de chaque enfant (voir le descriptif de la méthode ici

Services mis en place pour la dyslexie en région PACA

Article sur les services mis en place pour la dyslexie en région PACA (20 fév. 2003) : 

Un dépistage des troubles des apprentissages le plus précoce possible est conseillé (à partir de 4 ans)

http://www.viva.presse.fr/Mobilisation-autour-de-la-dyslexie_1293.html

Ross Perrin, compositeur "dys"

Ross Perrin est un compositeur contemporain né à Montréal en 1953. Dyslexique, dyspraxique, et dyscalculique, il a commencé à composer à l'âge de 13 ans pour ne jamais s'arrêter! Il affirme : "les mots et les nombres me fuient : depuis ma petite enfance, je n'ai pensé et calculé qu'en musique" et "Je ne parle bien qu'en musique". La musique paraît constituer pour lui un moyen d'expression et d'équilibre sans équivalent. Voici son site internet : http://rossperrin.net/#courriel 

La musique, élément structurant fondamental du cerveau humain

La conférence qui a eu lieu le 3 février dernier*, Studio Raspail, 216 boulevard Raspail 75014 Paris, par Emmanuel Bigand, professeur de psychologie cognitive et directeur au LEAD, fait état, une fois de plus, d'un effet bénéfique de la musique sur le développement général du cerveau et de sa structure :

"A la lumière des recherches les plus récentes dans le domaine des neurosciences, la musique apparait de plus en plus clairement comme un élément structurant fondamental du cerveau humain y compris au niveau de la partie archaïque du cortex. Les zones du cortex directement concernées demeurent réactives même lorsqu'il y a atteinte sévère du fonctionnement cérébral." [...]

"La musique peut donc constituer un mode opératoire particulièrement indiqué dans la dynamique de l'évolution de l'enfant. Elle peut également intervenir de manière féconde dans le traitement des pathologies de l'apprentissage."

Source : http://ecole2demain.org/groupe/conservatoires-handicap-et-adaptations-pedagogiques/doc/penser-lapprentissage-de-la-musique

* Conférence organisée par l'ARIAM Ile-de-France. Site de l'ARIAM IDF : http://www.ariam-idf.com/formation/cognitif.php